La gestion de l'eau à Mesnières-en-Bray

Dans la continuité d’une politique de respect de l’environnement, la commune de Mesnières-en-Bray a mis en place en 2019 un système de récupération des eaux pluviales. Soutenue par le dispositif LEADER 2014-2022, la commune a obtenu un accompagnement de financement à hauteur de 80 % soit 11 242,84 € pour son projet « Pour une meilleure gestion de l’eau ».


Comment est né ce projet ?


Depuis de nombreuses années, la commune met en place des actions de développement durable autour de l’énergie (réseau chaleur bois, géothermie, panneaux photovoltaïques) afin de limiter l’utilisation d’énergie fossile, de la biodiversité (sensibilisation de la population, gestion différenciée des espaces verts, acquisitions d’espaces naturels fragiles…) et de l’environnement de manière plus large (0 phytosanitaire depuis 2014, économies d’eau, préservation des nappes phréatiques, sensibilisation de la population à la protection de la Nature…).


En quoi consiste ce projet de « meilleure gestion de l’eau » ?


La commune est sensible aux problématiques attachées à l’eau. L’eau est un bien public précieux. Aussi, un principe fondamental a été établi : « pas d’arrosage ni de lavage de matériel avec l’eau du robinet ». Dès lors, afin d’atteindre cet objectif, la commune s’est équipée de plusieurs cuves de récupération d’eau pluviale provenant des toitures des bâtiments publics. C’est dans cet esprit qu’un appel a été lancé par voie de presse afin de récupérer des bacs à eau remisés dont la destination première était l’abreuvement des animaux dans les prairies. Leur installation dans le village a permis d’accroître d’une dizaine de mètres cubes le stockage d’eau pluviale tout en redonnant vie à des objets caractérisant les activités d’élevage en Pays de Bray. Désormais, ce sont plus de 50 mètres cubes d’eau récupérée dont les agents communaux disposent pour l’entretien des massifs floraux et le lavage des engins techniques.

Pour aller plus loin dans l’économie d’eau, la commune emploie principalement des plantes vivaces ou résistantes au manque d’eau. Par ailleurs, le recours au paillage du sol a été généralisé.


Quel est l’impact de ce projet pour les habitants et la commune ?


Au-delà d’être un projet de développement durable, il a permis de sensibiliser la population à une meilleure gestion de l’eau. Les habitants peuvent accéder à certains bacs pour leur utilisation privée et ainsi, comme l’espère la commune, fleurir davantage leur propriété et contribuer à renforcer le label « village fleuri 4 fleurs ».


Quel a été le rôle du PETR dans votre projet ?


Pour ce projet, le PETR a accompagné la commune dans la réalisation et l’instruction d’un dossier LEADER. Sans le fort soutien financier du programme européen LEADER, le projet ne se serait pas réalisé.